dimanche 30 novembre 2008

Je reviens bientôt
Belle fin d'année à nous tous et grands vents pour la suivante....
Pas d'internet jusque là!
A très vite....

dimanche 16 novembre 2008










Bientôt ... l'invasion du grand Palais... Je suis invitée par Jean Maxime Relange, un ami de plus de 4O ans...au Salon du dessin et de la peinture à l'eau. Il en est le président. (Je piquais des cigares à mon papa pour lui offrir... J'avais 18 ans et je préparais les Arts Décos chez ce cher Met de Penninghen!!!!! .... Son atelier situé au dessus de l'Ecole sentait si bon la peinture et il était si enthousiaste!!!!)

HOMMAGE AU PAPIER!
J'y serai le soir du vernissage et le 26 en fin d'après midi....

dimanche 2 novembre 2008

Vous souvenez vous? Nous avions fêté L'IVRESSE à l'atelier....









Les Editions Signum présentait sa dernière collection de "petites boîtes".... Chacune d'entre elle contenait une édition à tirage limité, création et illustration de l'artiste et texte d'un auteur choisi par ce dernier...
Vous les retrouverez à PAGES, salon du livre d'art, les 28, 29 et 30 Novembre prochain...
Voici une jolie photo d'Anne Mangeot, Polska toute en bleu, et les grappes de raisin qui nous ont enivrés ...et quelques uns des petits "L'IVRE" que je présentais... : Ivre et L'ivre d'horizon . Les haikus sont écrits par Christian Noorbergen.


samedi 1 novembre 2008



Un petit tour en Morvan, juste pour ranger les sculptures dans la grange....
et retour à Paris avec des pommes et des 'cages d'amour'...
Tout est automne....














Une promenade géniale avec Monique et son amie, Pat, Olive, sa femme et sa fille
et Chien, (artistes de la Galerie "L'arrivage" à Troyes) sur le lac asséché
de la forêt d'Orient, au cours de l'exposition "Mosaïques"...






"Mosaïques" ou ...
Carte blanche à Christian Noorbergen
au Centre Cultutrel de Pont Sainte Marie
près de TROYES (1000) du 10 au 26 sept.

jeudi 23 octobre 2008

Octobre 2008




(Photos:J.P.Tingaud - Jamie Krueger)

La pirogue et son paysage« du vent dans les branches »,
commandée par ArtSenat en mai dernier a quitté le bassin de
la Fontaine Médicis du Jardin du Luxembourg à Paris , pour de
nouveaux rivages…..
Grande tristesse pour les canards qui aimaient se perdre dans
les lignes de son dessin !…


samedi 27 septembre 2008

Portrait

Cliquez sur le mot Portrait et hop, vous aurez la POLSKA en direct qui parle à Pascal Delage, Fûdo Editions.
Et voilà Cunlhat en Auvergne où j'ai construit ces quelques phasmes...fantasmes?







Youpee!!!!!! J'ai trouvé la solution pour faire le lien avec fudo.edition...
site:www.fudoeditions.com
et un superportrait qui a été fait sur les bords du lac de Cunlhat en
Auvergne cet été...A vous!
Ciquez sur" portrait" ! en haut du message...



samedi 13 septembre 2008


C'est la rentrée ....et plein de bonnes nouvelles avant de vous raconter l'été...
Vite à vos agendas et on se voit bientôt!

(Merci pour vos messages, vos visites et votre amitié.... Je mets plein de couleurs parce que je vous aime tous!)

Avec le GENIE DES JARDINS, du 21 au 28 septembre, au Jardin de la Roquette, (tout en haut de la rue de la Roquette 75011, à gauche, juste avant le cimetière du Père Lachaise) j’expose :
« Phasmes ou Fantasmes ? »
… Construits comme les oiseaux font leurs nids, ces trois insectes sont là, immobiles, en attente… Pattes enracinées, antennes dressées vers les nuages du ciel… Quels sont leurs secrets ?


Avec l’association SIGNUM, le dimanche 5 Octobre, nous présentons notre collection de livres d’Artistes, ainsi que la toute dernière « cuvée » sur le thème de « l’ivresse », sous la vigne à l’atelier 7 rue de Montlouis 75011 tel01 43 73 42 67 (métro Père Lachaise ou Philippe Auguste. Bus 61 ou 69 station St Maur La Roquette)


Invitée par Christian Noorbergen pour son exposition collective « MOSAIQUES » au Centre Culturel de Pont Ste Marie à TROYES (10000), du 10 au 26 Octobre, je présenterai un « paysage » de branches et papier:
« Ecorces d'âme ou d'amour ? »
…Ame et amour sont les deux énergies qui ne disparaissent jamais. Elles ont les mêmes racines et leurs traces sont intemporelles... Elles nous montrent le chemin du ciel à l'infini...

Enfin à partir du 21 novembre, au Grand Palais, deux grandes sculptures en papier seront présentées dans le cadre du Salon du Dessin et de la Peinture à l’eau.

jeudi 26 juin 2008

Hommage à Pierre, mon compagnon

Au lieu de me mettre en colère,
- parce-que la fête de la musique devient une course entre la musique électrifiée, les flics exacerbés, la croix rouge presqu' inutile, et les parisiens bourrés et tristes (mais sans doute, n'étais je pas au bon endroit!),
- parce-que mes voisins d'atelier "pompeur du peu d'air qu'il nous reste" n'ont d'autre éducation que le fric, la com, la photo qui rapporte, sans aucun respect, ni de nous, ni du jardin que nous avons crée et que nous entretenons tous les jours,
- parce qu'il n'y a pas une ligne sur les "Arts Plastiques" (dont je fais totalement partie) dans le bulletin officiel du Ministère de la Culture et de la Communication (dont je paye l'existence comme nous tous, imposables!) qui se gargarise de répondre à cette merveilleuse question: "Où en est la création européenne?" par 8 paragraphes dont les titres sont: Musiques, Architecture, Photographie, Design, Graphismes, Scènes, Littérature, Cinéma et Vidéo, (Et nous? Et nous?)........
.......Et, après une belle discussion avec Djaipi, ami bien cher, j'ai pris conscience que, non seulement je me faisais du mal à être en colère mais plus encore à être en colère contre le fait de m'être mise en colère!........Et que la vie tout autour de moi n'en avait cure!!!! J'ai compris que sans doute, ma colère prend racine dans le fait que le temps est inéxorable et que la mort est ultime, que le monde change, que ma nostalgie du temps de "avant" reste très vive et que le "ici, maintenant" est encore, pour moi, bien souvent plus un concept qu'une réalité... Dur à dire et à vivre, malgré tout...Mais les portes sont à franchir, c'est le chemin choisi!
Le Morvan pendant quelques semaines va remettre la vie dans sa vérité présente!

Alors, avant de partir sur ma petite montagne, je retranscris un hommage à Pierre Peignot,(écrit par Jacques Reda), celui qui a été mon compagnon de vie, de sculpture et de rêve, le papa de mon Alice préférée, et qui nous a quittés en ces jours ci, il y a déjà 6 ans...
Au Jardin du Luxembourg, vous pouvez voir le portrait de Mendès France, qu'il a coulé en bronze et qui a été inauguré par Mitterrand lui même...







Et voici se très beau texte écrit par Jacques Reda (Gallimard 1998)
, déniché par son ami Sam, sculpteur de pierre, lui aussi....

"...Quand on traverse d' Est en Ouest le Luxembourg dans sa partie méridionale, il est certaine allée où, tout à coup, on découvre l'éffigie du président Mendès France. Il se tient debout, grandeur nature ou presque et, si on l'avait peint, la rencontre serait absolument saisissante. Mais on lui a laissé la couleur du métal dans lequel on l'a fondu, d'un bronze un peu sombre et doré comme celui des insectes qui, non loin de là, bourdonnent au printemps sur des essaims de vieilles dames éprises d'apiculture. Bronze est la teinte de la gloire austère et de l'immortalité. Elle sublime ce qu'elle recouvre. C'est pourquoi le sculpteur n'a pas hésité à se montrer en même temps d'un subtil réalisme dans le choix du vêtement. Il n'a pas habillé Mendès d'un drapé emblématique, ni toutefois d'un complet veston qui l'eut fait ressembler à un mannequin de confectionneur. Il ne l'a pas non plus représenté nu, comme une pure allégorie. Avec un sens inné de l'exactitude historique et de la dignité intemporelle de l'être humain, il l'a revêtu de cet avatar moderne, de la toge qu'est la gabardine. Idéale pour la demi-saison, elle convient aussi en hiver car elle peut être doublée. L'été, pourtant, seuls les tempéraments les plus délicats s'en munissent, et celle ci surprend parmi tant de personnes de tous âges, de toutes complexions, qui trottent en tenue légère ou se répandent le ventre à l'air au soleil sur les pelouses. Mais c'est précisément alors, peut être, que la gabardine (abusivement associée à des emplois pervers) devient un sybole de bienséance discrète et de sérieux sans affectation. Elle suggère le confort honnête, un rien de stoïcisme sous les chaleurs (ou de vaillance par les basse températures), et même quelque chose d'un peu sportif, avec sa coupe bien adaptée au mouvement naturel de la marche. Neutres en général, ses nuances ne cherchent pas même à passer inaperçues, à cause d'une touche de distinction (qu'est ce que le beige, sinon un bronze pastellisé, pâli) qui les fond dans le milieu, sans arrière pensée de camouflage. La gabardine a, par essence, quelque chose de démocratique, civique, républicain. Il est juste que le renom et la stature modeste de cet homme illustrent, sobrement, la grandeur de la gabardine. "

C'est superbement écrit et je crois que cet écrivain a su deviner Pierre, le grand sculpteur si humble et si amoureux des pierres, (son matériau préféré) et d'un monde plus juste comme l'aurait voulu Mendès France aussi. Un autre portrait de Mendès France, tout en taille directe dans une pierre de Bourgogne se trouve à Nevers (Nièvre), son pays natal.

Bel été.... et si vous passez par le Morvan, arrêtez vous à la fontaine....

dimanche 22 juin 2008

Un petit tour à l'Atelier Ouvert...


"Les grandes cornes" et le "lingam III" de POLSKA




"A Namiko" de Yoshirei SHIN