dimanche 17 février 2008


Retrouver ce sourire, et le conserver...

samedi 16 février 2008

Auroville

Parce que j'ai la chance de repartir en Inde très prochainement, je vous livre un secret: Cest un projet dont je rêve depuis mon séjour à Auroville l'année dernière...



L'idée est de faire un petit musée imaginaire de la nature. Petit sanctuaire où collections, créations éphémères, écritures, glanées, recueillies, choisies, transformées, répertoriées et délicatement posées comme en offrande, sur des structures très légères ( bois, cartons, roseaux etc).
Aux regards de tous, à l'initiative et la protection de tous, comme un jardin ouvert.
Pas de clef. Entrée et sortie libres. Celui qui adhère au projet est automatiquement responsable pour sa part (Il la définit et la limite, lui même, en nous informant tous) . Par exemple, les étudiants que j'ai rencontrés où ceux qui travaillent avec eux, ou encore vous tous que j'ai aimés. Création d'une association? (à Auroville, vous faites comment?)
Le lieu se cultive petit à petit, se construit pareil. En respect et en autogestion. Il reste sauvage et s'enrichit au fur et à mesure de toutes les formes les plus étranges, les plus simples de la nature, présentées au regard : Cailloux, Graines. Coques et coquilles.Feuilles. Bourgeons. Fleurs. Dessins. Carnets. Photos. En rapport avec la nature qui nous entoure. Et respectées comme elle.
A Auroville ce concept peut exister. Peut être valorisé et favoriser l'imaginaire de tous. Imaginer l'inventaire. Favoriser l'imaginaire. Les Aurovilliens sont des êtres accueillants, réservés, souriants, respectueux et tendres. Ce petit musée est pour eux.
L'espace qui a fait naître cette idée en moi est une petite construction en étoile, sans affectation lorsque j'y étais avec Fred (Jean Yves, tu t'en souviens, elle est proche de la petite usine de pulls, près de la maison où nous habitions l'an dernier)
Lieu/Etoile lumineux, ouvert et offert à tous les amoureux de la nature, de son énergie, de ses secrets.

Organisation
Si on prend un trésor, on le remplace. On peut toujours en rajouter et faire que ça reste un "petit musée"
Si on laisse un trésor, on sait qu’il appartient à tous et peut être déplacé ou transformer (au plus près de sa nature propre et de la sensibilité de celui qui s'en empare)
Si on voit ou ressent un problème (décalage, brutalité due aux intempéries, salissure ou mauvaise utilisation) on agit comme pour soi-même, en trouvant des solutions simples ou en parlant autour. Chacun entretient pour le bonheur de tous…

Est ce que ce rêve se réveillera un jour?









Petite séance de photos avec Marco...C'est aussi ça, la vie d'artiste!






Je termine une nouvelle cabane de méditation (il y en aura 3 dans le jardin) pour une prochaine exposition à Pont Sainte Marie (près de Troyes) qui aura lieu en octobre prochain...Merci Christian!

Polska à Varsovie

Et voici la vidéo de Madame LeGouic, faite à Varsovie...